56, Morbihan

Bretagne

Café des Sciences - Les Phares

mercredi 3 août 2016 par Claire Manneville

Le jeudi 7 juillet dernier, au sein du café “La Bulle” à Lorient, les Petits Débrouillards de Lorient organisaient un Café des Sciences sur le thème des phares. Eric Vassor (Direction interrégionnale de la mer Nord Atlantique – Manche Ouest et chef de la division Infrastructures et équipements de sécurité maritime à la subdivision des Phares et Balises) et Sarah Le Berre (responsable des collections et de la programmation - mission de préfiguration du Centre national des phares - Conseil départemental du Finistère) ont été invités pour ce temps convivial d’échanges avec le public.

Tout d’abord, Eric Vassor a introduit le sujet avec un diaporama et une courte vidéo sur les métiers des Phares et Balises qui ont bien illustré ses propos. Il existe en France 2800 établissements de signalisation maritimes (ESM) dont 400 ouvrages de génie civil et 53 phares (22 se trouvent en mer). 850 ESM sont dits actifs, c’est-à-dire disposant d’une optique lumineuse. Différentes formes de phares existent en fonction de leur situation et de leur fonction. Les phares aident à savoir se positionner en mer et recaler si besoin sa position.

D’autres systèmes de positionnement en mer sont actuellement à la disposition des marins et plaisanciers et constituent des outils d’e-navigation : GPS, système de positionnement par satellites (radionavigation) Galileo ou encore AIS (Automatic Identification System, système d’échanges automatisés de messages entre navires par radio VHF qui permet aux navires et aux systèmes de surveillance de trafic (CROSS en France) de connaître l’identité, le statut, la position et la route des navires se situant dans la zone de navigation), pilotage automatique et routage. A noter que les cartes sont toujours obligatoires à bord des bateaux, en cas de problème électronique. En effet, le GPS est un système de positionnement par satellites pas parfait (fiable qu’à 98%) et n’est pas réglé partout de la même façon dans le monde. Il y a en effet un problème de standardisation des échelles sur les différents continents et en fonction des GPS, mais également un souci juridique notamment par rapport à la responsabilité sur les sources d’informations émises et transmises.

Plus de 1600 interventions et près de 700 avis aux navigateurs sont effectués par les 180 agents des Phares et Balises à l’aide des 15 navires et 2 baliseurs. Les missions de ces agents sont la maintenance et la modernisation des ESM, l’actualisation et la transmission d’informations nautiques, la conservation et la promotion du patrimoine des phares et balises depuis 2011... L’entretien et la modernisation des phares font appel à de nouveaux corps de métiers via l’utilisation de nouvelles technologies et demandent une adaptation au milieu marin. En effet, il faut prendre en compte les difficultés d’accès aux ouvrages situés en mer, même par temps calme. Aussi, la modernisation des phares se marque par une meilleure sécurité pour les agents, une facilité d’entretien et un moindre coût pour le contribuable. L’équipement est plus fiable et plus compact donc de l’espace est libéré pour d’autres usages. Ainsi, la sécurité maritime est maintenue mais un travail de préservation, protection et valorisation du patrimoine littoral est également entrepris. Ainsi, 11 phares sont classés au patrimoine.

Au cours de l’histoire, les phares ont toujours été le fruit d’innovations technologiques : recherche de la flamme la plus pure possible grâce par exemple à l’utilisation de l’huile de colza avant la lampe à pétrole, utilisation de la lentille de Fresnel (type de lentille inventé par Augustin Fresnel en 1822 pour remplacer les miroirs utilisés dans l’éclairage des phares de signalisation marine qui absorbaient jusqu’à 50 % du flux lumineux, lentille plan-convexe découpée de sections annulaires concentriques optimisées pour alléger l’élément), passage à l’électricité avec des ampoules puis des LED (diodes électroluminescentes) à une plus grande durée de vie et une consommation énergétique très faible. Pour assurer l’alimentation en énergie des phares en mer, il faut donc utiliser des énergies renouvelables (éoliennes, panneaux solaires). A noter l’utilisation possible du balisage sonore via des cornes de brume qui a pratiquement disparu à cause des nuisances sonores pour les alentours et le gardien de phare et aussi de la diffusion des sons dans l’air. Il resterait un seul phare avec dispositif sonore à Saint Malo.

Concernant l’aspect de préservation et valorisation du patrimoine des phares, certaines lentilles actuelles sont des mélanges de tradition et de modernité (système de la lentille de Fresnel repris avec utilisation de LED). De plus, un projet de centre de ressources numériques sur les phares est en cours afin de mieux comprendre et conserver les anciennes méthodes de construction des phares et des projets de recherches se développent pour trouver des solutions de modernisation des phares.

Pour conclure, nous pouvons affirmer que nous sommes à une époque charnière dans l’histoire des phares et que le souhait est de rendre accessible au public un certain nombre de phares ainsi que leur histoire afin de valoriser le patrimoine historique maritime comme le montre l’actuelle exposition temporaire sur les 100 ans du phare de Kéréon « Kéréon 1916-2016 : 100 ans dans le courant » au musée des Phares et Balises à Ouessant.

Les Petits Débrouillards tiennent à remercier Eric Vassor et Sarah Le Berre pour leur participation et leur convivialité, ainsi que le café « La Bulle » à Lorient pour leur accueil.

Eric Vassor : http://www.dirm.nord-atlantique-manche-ouest.developpement-durable.gouv.fr/dirm-namo-r17.html

Lien vers l’exposition « Kéréon 1916-2016 : 100 ans dans le courant » : http://ouessantmapassion.blogspot.fr/2016/07/le-musee-des-phares-et-balises-propose.html

Portfolio

Nos deux intervenants et l'animatrice de la soirée

Trouver une association près de chez vous

Alsace Aquitaine Auvergne Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Bourgogne-Franche-Comté Île de France Occitanie Limousin Grand Est Midi-Pyrénées Hauts de France Normandie Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d'Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Réunion

Contacts

Antenne de Lorient :

1 avenue de la Marne
56100 Lorient
02 97 21 36 43
06 04 77 41 57

Antenne de Vannes :

11 avenue Jean-Marie Bécel
56000 Vannes
02 97 69 98 45
06 08 62 85 45

Rédaction

Claire Manneville (Lorient et Vannes)

Maud Gatel (Lorient)

Charlotte Primpied Bonfillou (Vannes)

Aux Sciences Citoyens !


RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Mentions légales | SPIP
Soutenir par un don