DV, Département Virtuel

Bretagne

Rencontre francophone des laboratoires d’usage

Forum des usages : Inclure : Qu’entend-on aujourd’hui par e-inclusion ?

session Marsouin -e-inclusion

mardi 25 mai 2010 par Annabelle Boutet

Inclure : Qu’entend-on aujourd’hui par e-inclusion ?

Il semble bien loin le temps où la fracture numérique se résumait à avoir ou ne pas avoir accès à Internet chez soi ! Depuis, devenue paradigme social, il y a eu la fracture de premier degré (accès aux équipements, aux infrastructures et aux réseaux), celle du deuxième (maîtrises des usages) ; la fracture du troisième serait celle de l’empowerment. Et en plus on ne parle plus que d’e-inclusion !

En effet au cours de ces dernières années, les phénomènes d’usages et de non-usages ce sont quelque peu floutés, complexifiés. A moins que ce ne fût la manière dont la société les aborde et les chercheurs tentent de les expliciter ? Au début des années 2000, parler de fracture numérique c’était avoir en perspective ce que nous avions appelé, dans le projet Psaume, ‘des populations éloignées’ : effet de pudeur ou de lâcheté intellectuelle, la notion est pour le moins sibylline ! Les études quantitatives fournissaient alors des indicateurs de mesure des populations connectées, puis utilisatrices tels que l’âge, le sexe, les revenus, la profession ou le statut face au travail, le diplôme ou le niveau d’étude, le lieu de résidence. Ces études évaluaient les temps et la fréquence de connexion et codifiaient les usages. La corrélation de ces données permettait de conclure que les personne qui utilisaient le moins les outils numériques appartenaient à des groupes d’individus plutôt âgés, ayant un faible niveau d’étude, sans emploi ou exerçant un métier dans les catégories ‘ouvrier’ ou ‘employé’.

Aujourd’hui, certaines de ces données restent pertinentes, notamment celle de l’âge, du niveau d’étude et du métier exercé mais elles sont loin de donner toute la mesure des phénomènes de [re-]composition des dynamiques sociales engendrés par la diffusion des technologies numériques. Dynamiques citoyennes de la participation à une société qui fait que tout le monde doit être acteur ; dynamiques sociales de l’adhésion à une société qui veut que tout le monde soit acteur ; dynamiques professionnelles de l’insertion à une société qui donne à tous les moyens d’être acteurs.

En premier lieu, comme l’affirme le titre de cette session, il n’y a pas que de l’exclusion dans les usages ; mais, si l’on s’accorde pour voir la bouteille à moitié pleine, encore faut-il [re-]connaître le breuvage. Et il y a des mondes dans l’e-inclusion : le chômeur face aux mondes du travail ; le travailleur face aux mondes des métiers, le citoyen face aux mondes des idées, l’errant face aux mondes de l’ancrage dans l’hyperlocal ou le migrant face aux mondes de la mondialisation. C’est pourquoi nous tenterons de construire une compréhension commune de l’e-inclusion lors de la première matinée.

En second lieu, la prise en charge du traitement des phénomènes locaux d’exclusion, dans le cadre des politiques urbaines a pris un nouveau départ autour des actions et réflexions sur ce qu’il est appelé aujourd’hui ‘Internet social’. Or, ce qui ressort des expériences c’est que l’hétérogénéité des actions et des approches n’a d’égale que celle des situations et des phénomènes traités. Et si nous parlions au début de complexification, cette deuxième matinée sera là pour le rappeler tant le terme d’Internet social englobe à la fois la résorption des zones blanches, la facilitation de l’accès aux équipements et leur reconditionnement, l’accompagnement aux usages, la conscientisation énergétique, etc.

Enfin, il semblerait que la question de l’e-inclusion ait un effet centrifuge : en s’éloignant d’une posture technocentrée qui a longtemps prévalu, elle permet de [re-]mettre dans la lumière les phénomènes d’exclusion sociale, tout en questionnant le rôle et le statut des professionnels du social dans la construction d’une société solidaire. C’est à eux que nous donnerons la parole lors de la dernière matinée.

Annabelle Boutet, le 24 mai 2010

Trouver une association près de chez vous

Alsace Aquitaine Auvergne Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Bourgogne-Franche-Comté Île de France Occitanie Limousin Grand Est Midi-Pyrénées Hauts de France Normandie Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d'Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Réunion

Contacts

Antenne Numérique
Ecole Paul Dukas
Rue Paul Dukas
29200 Brest
tel 06 85 17 62 95


Voir une carte plus grande

Direction de Publication
Antony Auffret
rédacteurs
Coline Rannou-Colliot

Aux sciences citoyens !


RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Mentions légales | SPIP
Soutenir par un don