DV, Département Virtuel

Bretagne

Partage, réutilisation plutôt qu’ouverture ?

L’ouverture est-elle morte ?

mardi 6 décembre 2011

“L’ouverture est morte” (Open is dead) estime John Geraci sur GovLoop, la communauté de l’innovation publique américaine, et initiateur du projet Do it yourself City.


Reprise d’un article publié par Internet actu Dans : Opinions/ Usages/ Coopération ->Par Hubert Guillaud le 11/10/11

(magazine en ligne sous licence Creative Commons)

- L’article sur Internet actu avec les liens et les commentaires

Telle est la conclusion à laquelle je suis arrivé lors d’une récente réunion où des gens se sont rassemblés pour discuter de la façon de faire avancer l’ordre du jour de l’Open Data. L’ouverture n’est pas morte comme mouvement, elle est morte comme terme qui peut-être utilisé pour motiver les gens, pour les amener à se rallier à une cause, pour participer à un évènement ou se rallier en ligne pour quelque chose.

Le gouvernement ouvert. Les villes ouvertes. Les données ouvertes. Les sources ouvertes. Toutes ces choses sont des choses utiles pour continuer. Mais tous ces termes sont fatigués et inefficaces pour faire avancer ces questions dans les agendas.

Vous n’allez jamais réussir à vendre au vaste monde l’idée de l’ouverture. Hormis le petit nombre (très relatifs) de geeks qui l’ont déjà embrassé, les gens en général ne se préoccupent pas de l’ouverture. Les politiciens ne se dresseront jamais en masse pour l’ouverture. Les ménagères (et leurs époux) ne se réveilleront jamais en pensant à l’ouverture.

Pourquoi ? Parce que l’ouverture ne semble pas être capable de résoudre leurs problèmes immédiats. L’ouverture est abstraite. Nous pouvons avoir le sentiment que “Nous sommes le monde” (We are the world) à l’écouter, mais, comme la chanson, il n’y a rien de concret derrière ce couplet flou.

Si je suis un politicien, pourquoi devrais-je être favorable au gouvernement ouvert ? Si je suis une société, pourquoi devrais-je être en faveur des données ouvertes ? Ce n’est pas clair. En tout cas, cela ne l’est pas juste en entendant le nom.

Bien sûr Ouvrir n’importe quoi sonne bien, si nous évoquons VOTRE matériel comme étant ouverts. J’aime quand votre matériel est ouvert (il semble gratuit, du fait de la confusion fréquente entre Open et Free). Mais si nous parlons d’ouvrir MON matériel, quelle est la valeur qu’il m’apporte ? A qui est-ce que j’offre mon matériel ? A mes concurrents ? A mes ennemis ? Comment cela fonctionne-t-il ? Que vais-je en ressortir ?

C’est ce que le terme d’ouvert échoue à expliquer alors que c’est ce qu’il a à expliquer si les gens qui apprécient l’ouverture souhaitent avancer vers le niveau suivant.

Et le constat est que, ouvrir n’est pas le but ultime de l’ouverture. L’ouverture n’est qu’un moyen vers une fin. C’est un moyen pour un monde meilleur, plus léger, plus réciproque, avec un écosystème gagnant gagnant. Et tout le monde comprend ces termes. Même les ménagères. Alors pourquoi sommes-nous coincés sur ce terme d’ouverture, qui n’arrive pas à donner le coup de poing nécessaire pour convaincre ? Il est temps d’enterrer le terme d’ouverture pour aller au-delà et apporter plus de sens, plus de valeur apparente. Il est temps de se débarrasser de l’ouverture ancienne pour en évoquer une nouvelle. Partagée. Mutuelle. Réciproque. Symbiotique. Gagnant gagnant. Ce sont des termes que les gens comprennent mieux et qui ont une valeur pour eux. Ce sont des termes que des gens (comme moi) qui pensent que les choses devraient être plus ouvertes devraient utiliser.”

Réaction d’humeur d’un spécialiste un peu fatigué ou discussion de fonds sur les limites d’un idéal ? La question est “ouverte”.

La réflexion de John Geraci évoque la fatigue des mots valises dont la mode ne dure pas. Le 2.0 des années 2005 a désormais disparu au profit des médias sociaux qui le remplace bien souvent pour dire la même chose. Peut-être que l’ouverture est en train de connaître la même lassitude, comme le montraient les scénarios qu’imaginait Daniel Kaplan il y a un an ? Le questionnement de John Geraci n’est pourtant pas une remise en cause du modèle de l’ouverture face à celui de la fermeture. Le web des pionniers et leurs valeurs ne sont pas encore tout à fait morts, contrairement à ce qu’annonçait Chris Anderson, l’année dernière dans Wired en annonçant la mort du web. La lutte entre les tenants d’un web ouvert et neutre et ceux qui lui préfèrent un web propriétaire et prioritaire n’est pas finie. Loin de là.

Mais l’ouverture des données n’est effectivement pas le sésame “ouvre-toi” que l’on croit. Il ne suffit pas de le répéter comme une formule magique devant une ferme de serveurs pour que la magie opère. Bien souvent quand vous parlez d’open data à des gens qui n’en ont pas entendu parler, la transparence et l’interopérabilité qu’induisent le procédé ne leur semblent pas un argument évident, immanent. En tout cas, il n’est jamais suffisant pour convaincre.

Evoquer l’ouverture comme enjeu nécessite de peaufiner un discours sur ses avantages et des objections sur ses inconvénients immédiats. D’ailleurs, beaucoup des personnes qui militent pour l’open data parlent désormais plutôt de réutilisation des données publiques, plutôt que d’ouverture des données.Ils mettent en avant un processus, plus qu’un résultat. Comme le rappellele Guide pratique de l’ouverture des données publiques édité par la Fing, on ne peut prôner l’ouverture sans expliquer les bénéfices et les défis complexes dans lesquels elle s’inscrit.

Ce n’est donc pas tant l’ouverture qui est morte que le terme qui atteint ses limites et ne parvient pas à convaincre au-delà des convaincus. C’est vraiment en en montrant les bénéfices, comme les inconvénients, qu’on relèvera le défi de l’ouverture et qu’on permettra à l’acteur public de trouver son rôle et sa place dans les transformations en cours. Car cette ouverture qu’on lui intime, qu’on exige de lui, ne lui est pas naturelle, parce qu’elle n’est finalement naturelle à personne.

Ensuite cette ouverture est complexe. Chacun la comprend différemment. David Cameron adore l’ouverture, Barack Obama aussi, moi aussi, les gens de l’Open Source forcément, le Parti des Pirates également. Pas sûr pour autant que nous parlions tous de la même.

Derrière l’ouverture ce que les gens recherchent c’est de pouvoir accéder aux données, c’est d’obtenir l’information dont ils ont besoin, quand ils en ont besoin, facilement. Ce que nous voulons, c’est pouvoir consulter l’horaire des marées ou le prix de l’essence à la pompe depuis les applications que nous utilisons. Pour l’utilisateur final, bien souvent, le processus importe peu.

Bien souvent, ce que nous voulons quand on parle d’ouverture, c’est aussi que les élus, les gouvernements, l’administration, les développeurs travaillent de manière transparente, en rendant compte de leur action.

Cela ne signifie pas que l’accès est plus important que l’ouverture, que l’interopérabilité des données… Mais que l’ouverture n’est qu’une maille du processus, qu’un critère de l’accès. L’ouverture est une condition, pas une fin. Reste qu’il est difficile de dire de quoi elle est la condition, car tant qu’elles ne sont pas ouvertes, beaucoup de choses ne se conçoivent même pas. Cela explique certainement pourquoi le terme parle plus aisément aux entrepreneurs de tous poils, qu’aux gens qui auraient quelque chose à en faire, mais ne l’imaginent même pas.

Dit autrement, l’ouverture ne signifie pas forcément grand-chose. Beaucoup de gens peuvent avoir l’impression que Facebook ou Apple sont ouverts, car ils permettent à leurs données, à leurs applications, d’être accessibles n’importe où.

Assurément, comme le dit John Geraci, l’ouverture est devenue un terme trop vague pour convaincre. Il est temps de dérouler ce qu’elle signifie et plus encore ce qu’elle implique.

Hubert Guillaud

Trouver une association près de chez vous

Alsace Aquitaine Auvergne Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Bourgogne-Franche-Comté Île de France Occitanie Limousin Grand Est Midi-Pyrénées Hauts de France Normandie Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d'Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Réunion

Contacts

Antenne Numérique
Ecole Paul Dukas
Rue Paul Dukas
29200 Brest
tel 06 85 17 62 95


Voir une carte plus grande

Direction de Publication
Antony Auffret
rédacteurs
Coline Rannou-Colliot

Aux sciences citoyens !


RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Mentions légales | SPIP
Soutenir par un don